Decazeville, le doc qui choque

Publié le par Le Platane

Cris d'orfraies dans l'ex-cité minière contre un documentaire

"Decazeville, vivre après la casse", l'excellent documentaire de Gérard Raynal diffusé cette semaine sur Arte dans le cadre d'une soirée Théma qui se demandait où étaient passé les ouvriers, est visiblement mal passé dans cet ancien bassin minier de l'Aveyron.
Du moins à en croire La Dépêche du Midi, qui publie aujourd'hui toute une liste de récriminations d'habitants. Majoritairement des élus, des chefs d'entreprises ou des caciques syndicaux. Le maire parle même de "porter plainte". Diantre !
Tous ces braves gens auraient sans doute préféré la diffusion d'un long clip promotionnel tourné par l'Office du Tourisme ou la Chambre de Commerce et d'Industrie...

carte postale figurant sur le très intéressant site de l'Association pour la sauvegarde du patrimoine industriel du bassin de Decazeville

Publié dans bric à broc

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
"Beaucoup d'habitants ont pris ce documentaire au premier degré", constate un adjoint (Vert) au maire de Decazeville sur son blog :http://jlcalmettes.blogspirit.com/archive/2006/02/index.html
Répondre
L
Le blem' à Decaze, c'est que les profits se sont "décentrés", seules les pertes sont restées.Quant aux industries de pointe, elles n'y sont guère acérées. Le doc montre fugitivement l'atelier-relais qui devait usiner des parkings automatiques révolutionnaires (dont nous avons l'un des rares exemplaires à Toulouse, place Belfort), mais qui a fermé boutique avant même de commencer la production...Le plaisir fut pour moi de découvrir ton blog hier soir, Pierre.A bientôt
Répondre
P
Je me souviens d'une passionante émision sur Inter (Interception je crois) consacrée au même sujet. Pas étonnant que les Offices du tourisme du coin n'apprécient guère.D'une manière générale, il fait mauvais genre de parler aujourd'hui de la mémoire ouvrière, à une époque où l'on s'applique à sacrifier la notion de métier sur l'hôtel de la "flexibilité" et de "l'hadaptabilité".Et il est tellement plus flatteur de mettre en avant ses industries de pointe ou mieux encore ses centres de profits...Ravi de découvrir un chouette blog Toulousain...Amitiés.
Répondre