Prendre Airbus de haut

Publié le par Le Platane

Un brin de modestie, svp

L'A380, l'avion géant d'Airbus, vient d'effectuer des premiers vols d'essais avec des passagers. Des salariés du constructeur, tirés au sort et unanimement qualifiés de "privilégiés" par les thuriféraires de l'entreprise. A Toulouse, berceau d'Airbusland, on n'en manque pas...
Les 474 volontaires qui faisaient la queue sur les passerelles disposées en bout de piste pour se hisser à bord des deux étages du monstre volant sont assurément des petits veinards. Après ce vol historique fortement médiatisé (et les trois autres "Early Long Flight", comme on dit en langage airbusien, prévus dans la semaine), plus aucun passager ne devrait embarquer à Toulouse sur un A380. Tout simplement parce que l'aéroport commercial de Blagnac n'est pas adapté pour recevoir un appareil aussi gigantesque. Et ne le sera sans doute jamais. Mais personne, à Airbusland, n'a trouvé bon de rappeler ce point de détail.
Pour se consoler, on pourra toujours contempler l'usine de montage de l'A380 depuis le hublot d'un "simple" A320, lors d'un "banal" atterrissage à Toulouse-Blagnac.


L'usine de montage de l'A380, baptisée du nom de Jean-Luc Lagardère

Le premier vol "habité" de l'A380 a duré 7 heures pour relier Toulouse... à Toulouse.  Un fantastique "progrès", que je pensais bien être le seul à saluer en toute mauvaise foi. Mais un jeune étudiant à la fibre écolo,
Hugo Bréant, a aussi relevé sur son blog toute l'absurdité d'un tel "exploit".

Publié dans Airbusland

Commenter cet article

filou 07/09/2006 15:39

KérogèneC'était juste histoire d'en rajouter une couche dans l'atmosphère toulousaine déjà bien chargée depuis que la limitation à 90 km/h sur la rocade a été relevée ...

Le Platane 07/09/2006 23:40

Ce soir sur France Culture, l'émission Travaux Publics , diffusée en direct de Toulouse, a relayé notre remarque sur l'absence prévisible de l'A380 au départ et à l'arrivée de l'aérport Toulouse-Blagnac. Un invité, non identifié, a mollement démenti avant de tenter de dévier le sujet sur le projet de deuxième aéroport.Je persiste et signe : les investissements prévus à l'aéroport ne prévoient pas à ce jour l'accueil de l'A380. Tout simplement parce qu'aucune compagnie aérienne n'envisage de desservir Toulouse avec ce type d'appareil très long-courrier.