Le Printemps de septembre, La Redoute de l'art contemporain

Publié le par Le Platane

Y'a plus d'saisons

A Toulouse, où les anciens abattoirs ont été transformés en musée d'art moderne, on  achève bien l'art contemporain.
Chaque année depuis cinq ans, les amis branchés de Marie-Thérèse Perrin, épouse du PDG de Cartier, viennent faire la "teuf" à Toulouse sous prétexte de montrer la production d'artistes résolument modernes. C'est obligatoirement déroutant, rarement intéressant et souvent très chiant, mais comme les entrées sont gratuites, on ne dira rien de définitivement désobligeant.
Mieux vaut ne pas se laisser refroidir à la lecture du très verbeux catalogue des expos et partir le nez au vent, en suivant les lumières originales mises en place de part et d'autre de la Garonne pour la durée de ce "Printemps de Septembre". Cette année, un artiste autrichien va orner le pont Neuf de vraies-fausses poutrelles métalliques. L'an dernier, c'est la Garonne qui avait été repeinte en rose sous le vénérable monument  :

Le pont Neuf et le chateau d'eau sous les lumières du Printemps de Septembre 2005

On peut regretter que ce festival, qui se déroulait à l'origine à Cahors au printemps et se consacrait uniquement à la photographie, ait un peu perdu le Nord en émigrant à Toulouse à la fin de l'été. On se consolera avec la possibilité de multiplier les clichés de la ville sous un autre jour.

Publié dans Déclics

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

civetta (le retour) 22/09/2006 17:43

n'empeche, le violet, ça se marie bien avec la brique...

Le Platane 22/09/2006 22:28

Je n'en disconviens pas